fbpx
Un couvent de la Madeleine en Irlande

Les couvents de la Madeleine en Irlande (1920 – 1960)

Un couvent de la Madeleine en Irlande



L’Irlande a vu son histoire émaillée de nombreux scandales religieux au cours des dernières années. Celui des couvents laverie (appelés « Couvents de la Madeleine ») en fait malheureusement partie et est devenu un symbole des exactions de l’église catholiques.

Ainsi, pendant près de 70 ans, des milliers de jeunes filles irlandaises se sont vues internées de force dans des couvents où elles travaillaient gratuitement en tant que blanchisseuses.

Ces dernières étaient généralement placées dans ses établissements à cause d’une vie prétendument dissolue : certaines étant reconnues coupables de relations sexuelles hors mariage, ou étant tombées enceintes… Nombreuses furent ces femmes à y être enfermées toute leur vie, dans des conditions de violence et de maltraitance terrifiantes.

Le scandale des couvents de la Madeleine

Un climat puritain à l’origine du scandale

La croix de Muiredach - Felipe Garcia - cc

La croix de Muiredach – Felipe Garcia – cc

Le phénomène a duré pendant près de 70 ans, entre 1920 et 1960.

A l’époque, l’Irlande est un pays catholique, accroché à des convictions profondes, où l’église fait figure d’autorité au sein de l’État.

La société irlandaise tout entière vit sous le dogme des préceptes religieux catholiques.

Les prêtres et bonnes sœurs font figures d’autorité dans les villes et villages et les règles de bienséance et de bonnes conduite sont de rigueur… au risque de jeter l’opprobre sur sa famille en cas de mauvaise conduite.

Car à cette époque, la société vit dans un climat puritain qui rigidifie profondément le carcan social. Un accord tacite a même été passé entre l’église catholique et l’État irlandais : l’église se doit de s’occuper des jeunes filles « immorales » et les redresser afin qu’elles ne pèsent pas sur la société irlandaise.

Hors de question donc de laisser une jeune femme seule face à elle même, avoir des relations sexuelles hors mariage, être victime de viol… ou être coupable de petits larcins. Autant de scandales qui peuvent tout simplement détruire la réputation d’une bonne famille irlandaise à l’époque !

Cette réalité va peser lourdement sur les femmes irlandaises et leurs éventuels écarts de mœurs.

Dès lors, rien ne leur sera pardonné. Toute femme ayant pêchée en faisant fi des règles catholiques se devra alors de passer par les couvents de la Madeleine (aussi appelé couvents-laveries, Magdalene asylum ou Magdalene laundry en anglais).

Il s’agit d’établissements prétendument « bien sous tous rapports », tenus par des bonnes sœurs. Ils ont pour mission de redresser les jeunes femmes dans leur foi et de leur inculquer les bonnes mœurs, tout en les soumettant à du travail forcé, censé les rétablir dans la société.

La plupart du temps, ce sont les familles irlandaises elles-même qui demandent le placement de leurs femmes, sœurs ou filles au sein de ces institutions. Un choix délibéré marqué par l’ignorance de ce qu’il pouvait véritablement se passer là-bas. A l’époque, la pression sociale est trop grande, et la menace du « qu’en dira-t-on » est bien trop importante…

Car ces couvents de la Madeleine jouissent à l’époque d’une réputation immaculée. Figure de droiture et de valeurs, ces établissements tenus par les bonnes sœurs sont respectés et représentent pour la société irlandaise une solution incontestée. Ils sont le moyen de remettre les femmes « égarées » dans le droit chemin et les laver de leurs pêchés…

Des milliers de jeunes femmes exploitées par les bonnes sœurs

Des pensionnaires des couvents de la Madeleine en Irlande

Des pensionnaires des couvents de la Madeleine en Irlande

Mais la réalité y est tout autre. Car les couvents de la Madeleine reposent sur une mécanique implacable et effrayante.

Leur concept repose sur l’acceptation de main d’œuvre gratuite.

Et ils ne sont pas vraiment regardants : ils y accueillent des femmes enceintes, des femmes violées, des orphelines, des femmes volages, des délinquantes, ainsi que des femme présentant des inaptitudes mentales.

Elles sont dès lors forcées à travailler comme blanchisseuses dans des conditions déplorables.

Elles lavent à la main, sont exposées à des produits nocifs, étendent le linge par tous les temps, et mangent une nourriture de mauvaise qualité, parfois manquante, dorment sur des lits d’une grande précarité dans des dortoirs non chauffés…etc. Lors des rares temps de repos, elles sont forcées à la prière et à la repentance.

De nombreux sévices corporels sont également pratiqués pour châtier les plus résistantes. Affamées, violentées, humiliées, agressées sexuellement… Bon nombre des occupantes des couvents laveries font face à des actes d’horreur.

Enfin, lorsqu’il est temps pour certaines d’accoucher, les bonnes sœurs proposent ces enfants à l’adoption sans permission à de riches familles catholiques, arrachant littéralement le bébé des bras de leurs mères.

Des procédés terrifiants qui ont malheureusement détruits des milliers de vies et possèdent encore une résonance dans la société irlandaise contemporaine.

Des faits longtemps passés sous silence

Un scandale dévoilé au début des années 2000

The Magdalene Sisters

Une scène du film The Magdalene Sisters

Bien que les couvent laveries aient finis par fermer leurs portes dans les années 1990, le scandale n’a été révélé au grand jour que tardivement.

Jusque là passé sous silence par l’église et les victimes elles-mêmes, le secret va être dévoilé dès 1993, lorsqu’un promoteur immobilier découvre sur le terrain d’un couvent plus de 100 tombes anonymes.

Après recherche, il s’agirait des corps des victimes d’un couvent laverie.

En 2002, un film vient également remuer le scandale. Le film The Magdalene Sisters fait l’effet d’une bombe en racontant l’histoire de trois jeunes filles arrivées simultanément dans un couvent-laverie de la région de Dublin, dans les années 60. On y suit alors leurs journées, marquées par l’injustice et la violence implacable des bonnes sœurs.

Le film, extrêmement poignant réveille alors les fantômes du passé et place l’église, l’État irlandais et le Vatican dans un profond embarras.

Dès 2009, le gouvernement irlandais présente ses excuses officielles auprès des enfants maltraités, ou ayant été victimes d’agressions sexuelles dans les pensionnats dirigées par des frères, sœurs et prêtres catholiques.

Mais le gouvernement refuse toutefois de reconnaître les violences subies par les femmes des couvents laveries.

Fort heureusement, le Comité des Nations Unies contre la torture publie un rapport en 2011 sur le sujet où il accuse l’État irlandais de complicité. Une enquête est alors demandée, tout comme une procédure de réparation.

Le processus est long, mais en 2013, le sénateur Martin Mac Aleese s’exprime sur le sujet et dénonce le rôle de l’État dans ce drame. Un rapport de plus de 1000 pages recense alors les horreurs perpétrées dans ces couvents de la Madeleine. Il n’y a plus de place aux doutes et les témoignages affluent de toute l’Irlande.

Le premier ministre de l’époque, Enda Kenny, prend alors la parole le 19 février 2013 et présente des excuses officielles devant certaines victimes rescapées :

Nous vous avons oublié. C’est une honte nationale, pour laquelle je le dis à nouveau, je suis profondément désolé.

Une compensation financière allant de 11 500 à 100 000€sont alors versées au victimes. Le montant est indexé sur la durée passée dans les établissements.

De son côté, l’église irlandaise et le Vatican jouent la carte du silence. Les Nations Unies réclament en 2014 une enquête sur les violences dans les institutions catholiques et les couvents laveries d’Irlande.

Une demande qui reste sans réponse… Pour l’heure, seul le gouvernement irlandais a reconnu sa participation dans ses méfaits. L’église quand à elle reste silencieuse, provoquant au sein de l’Irlande colère et consternation.

Ces actes ont profondément fragilisés la foi et la vision des irlandais en la religion catholique. L’émergence de scandales comme celui-ci et celui de l’orphelinat catholique de Tuam, où plus de 800 corps ont été retrouvés sous les fondations ont amorcés un véritable changement dans les consciences de la population irlandaise.




Encore tant de choses à découvrir...




Un projet de voyage ? Téléchargez notre guide gratuit !

Ebook gratuit

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre ebook gratuit sur l'Irlande !

Découvrez l'essentiel de l'Irlande, sa culture, son histoire et ses sites touristiques incontournables !

Copy link