fbpx
Représentation de Annie Moore à Cobh - Shannon LaBelle - cc

Annie Moore

Un symbole de l'émigration irlandaise... bien que la réalité soit tout autre.
Représentation de Annie Moore à Cobh - Shannon LaBelle - cc



Annie Moore (24 avril 1874 – 6 décembre 1924) est une haute figure de l’Histoire irlandaise. Elle fut surtout connue pour avoir été la première immigrante irlandaise à entrer en Amérique via Ellis Island en 1892. Elle avait alors l’âge de 17 ans. Son aventure en a fait le symbole vivant de l’émigration irlandaise « réussie » vers les États-Unis. Cela lui a valu des monuments, des chansons, et une popularité encore vivace dans l’esprit de la société irlandaise moderne.

Biographie de Annie Moore

Entre le mythe, et les faits moins reluisants…

Pendant des décennies, Annie Moore, « aux joues roses », du comté de Cork a été célébrée comme la première immigrante à entrer en Amérique via Ellis Island, à l’époque où la célèbre usine de transformation a été ouverte en 1892.

Très vite, la jeune fille irlandaise a été encensée pour son intégration parfaite aux États-Unis et son accent honorable.

Mais son histoire a quelque peu été confondue avec une autre Annie Moore, alimentant parfois le mythe, et non la réalité des faits.

Pour beaucoup, Annie Moore fut celle qui parti rejoindre les territoires de l’Ouest et qui épousa un descendant du grand libérateur Daniel O’Connell au Texas, avant de mourir en 1919, victime d’un accident de tramway.

Mais en réalité, un journaliste du New York Mag a su faire la lumière sur le véritable destin de cette émigrée irlandaise en 2006, à grands renforts de recherche et de généalogie… Et les conclusions ont été bien différentes.

La vraie Annie Moore, qui fut la première émigrée irlandaise à passer par Ellis Island venait bien du comté de Cork. Elle aurait embarqué vers les États-Unis avec ses deux frères dans l’objectif de rejoindre leurs parents, partis quatre ans plus tôt pour New York.

A son arrivée, à Ellis Island le 1er janvier 1892, elle aurait été accueillie par des officiers qui lui donnèrent une pièce d’or d’une valeur de 10$. Une somme confortable pour démarrer sa nouvelle vie américaine !

Annie Moore vécut le reste de ses jours dans le Lower East Side de Manhattan. Elle y épousa un allemand, qui travaillait au Fulton Fish Market… Elle donna naissance à onze enfants ! Et sa vie n’a visiblement pas été facile…

Elle a passé presque chaque année de son mariage enceinte, donnant naissance ou enterrant un enfant », a écrit le journaliste Jesse Green du New York Mag.

Elle aurait ainsi connu la précarité, les problèmes financiers, ainsi que la maladie.

Un tableau bien moins reluisant que la « prétendue réussite de son émigration aux États-Unis » !

Elle décéda le 6 décembre 1924 d’une crise cardiaque à 47 ans.

Commémoration

Le Annie Moore Monument à Cobh - © Luis Santos

Le Annie Moore Monument à Cobh – © Luis Santos

Bien que les faits sur l’existence d’Annie Moore aient été rétablis, la société irlandaise continue de célébrer ce personnage comme si de rien n’était !

Ainsi, deux statues rendent hommage à la jeune irlandaise : l’une au musée de Ellis Island aux États-Unis et l’autre à Cobh en Irlande, où elle est représentée avec ses deux jeunes frères, le regard tourné vers l’horizon.

Une chanson lui a également été dédiée. Elle fut écrite par Brendam Graham et Ronan Tynan et notamment interprétée par les Celtic Woman.




Encore tant de choses à découvrir...




Un projet de voyage ? Téléchargez notre guide gratuit !

Ebook gratuit

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre ebook gratuit !

Découvrez l'essentiel du pays, sa culture, son histoire et ses sites touristiques incontournables !

Copy link
Powered by Social Snap