Rory Gallagher - Heinrich Klaffs - cc

Rory Gallagher

Rory Gallagher - Heinrich Klaffs - cc




par Guide Irlande


Informations pratiques :

Note Note des voyageurs :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 3,79/5 (29 votes)


Rory Gallagher (1948-1995) est l’un des plus grands guitariste et rocker irlandais de tous les temps ! Adulé par de nombreux fans, Gallagher faisait partie de ces “Guitar Heros” renommés qui ne vivaient qu’au nom du rock et du blues. Véritable symbole de toute une génération, Gallagher a fait vibrer un public adepte de ses riffs magnifiquement joués sur sa stratocaster Fender. Découvrez sans plus attendre la vie pour le moins dissolue de ce maître incontesté de la 6 cordes…

Biographie de Rory Gallagher

Une Jeunesse très vite marquée par la Musique

Gallagher découvre la musique vers 9 ans en écoutant des artistes de renom tels qu’Elvis Presley, Muddy Waters ou encore Chuck Berry… Très vite, le virus le prend : il n’a plus qu’une idée en tête : s’acheter une guitare, et apprendre les secrets du rock. Ses parents consentent à lui offrir une guitare, et c’est dès l’âge de 9 ans que Rory Gallagher découvre ses premiers amours : celle de l’apprentissage de la musique.

Dès l’âge de 15 ans, le succès est au rendez-vous, et Gallagher est déjà considéré comme un professionnel de la musique. C’est d’ailleurs à cette âge qu’il acquiert sa première Stratocaster, une Fender Stratocaster Sunbusrt de 61 qu’il ne quittera plus jusqu’à la fin de sa vie.

Désirant pousser plus loin son évolution musicale, il fonde son premier groupe, “Taste” en 1966… Et déjà il monopolise de tout son talent la guitare et le chant… Le groupe sort deux albums, “Taste” et “On the board” avant de se séparer.

Gallagher se lance dans une carrière solo

Gallagher attaque sa carrière solo en 1970, carrière solo ô combien riche en enregistrements.

Dans les premières années sortent les albums “Rory Gallagher” et “Deuce” qui ne reçoivent qu’un succès mitigé en Grande Bretagne… Après une tournée harassante couvrant les États-Unis jusqu’à l’Europe, Rory repart en studio pour un nouvel album…

C’est en 1972 que sort le “Live in Europe” qui explose le top 10 des charts. Le live est alors consacré disque de platine, et vaut à Rory le titre de “musicien de l’année” décerné par le magazine Melody Maker.

Après un nouvel album “Blueprint” Gallagher repart en tournée… 4 mois de tournée allant des USA à l’Australie, enchaînant les dates avec ses solos inspirés, ses riffs tantôt agressifs, tantôt plus doux et blues… On peut dores et déjà dire que Rory s’est imposé comme un maître de la 6 cordes. Mais après cette longue tournée il ne reste que peu de temps pour enregistrer en automne 73 l’album “Tatto”

1974 est encore une année chargée de tournée… Un seul album sort cette année là, et pas un des moindres, le fabuleux “74’ Live Irish Tour”… Cet album est accompagné d’un documentaire de 90 minutes où l’artiste dégouline de talent, que ce soit par son blues Stratocaster ou par ses ballades à l’acoustique.

En 1976, après la sortie l’année passée de “Against the grain”, l’artiste se rend au prestigieux Montreux Jazz festival, en France. Il sort peu après “Calling card”, qui ne reçoit qu’un succès mitigé… En live Rory resplendit toujours si ce n’est plus, ne décevant jamais son public, participant même en été 1977 à l’émission diffusée sur la première chaîne de télévision allemande “ADD Rockpalast”…

En 1978 sort “Photo finish” en 1979 “Top priority” et en 1980 “Stage struck”…

Sex, Drug and Rock’n Roll

Puis vient l’heure du silence : Rory ne fait plus parler de lui jusqu’en 1986, date à laquelle sort l’album très attendu : “Defender”… Ses apparitions scéniques sont rares et c’est un Rory Gallagher obèse et bouffi qui s’offre au public… La stout irlandaise et les pilules ont en effet eu raison de lui et le grand Gallagher a perdu de son panache, sous le regard circonspect de ses fans…

1990 : un nouvel opus “Fresh evidence” sort… Rory est de plus en plus mal en point. Ce n’est qu’en 1992 qu’il retrouve la force de remonter sur scène. Cette même année sort la compilation “Echted in blues” regroupant tous les grands morceaux blues de sa carrière.

En 94, en pleine tournée européenne Gallagher tombe gravement malade… En 95 il se fait opérer et subit une greffe du foie… Malheureusement pour lui, la greffe est rejetée : il meurt à Londres le 14 juin 1995 à l’âge de 48 ans, laissant derrière lui un héritage musical considérable.







Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Commentaire 3 avis

  1. Claude Kasztan dit :

    j’écoute toujours Rory je ne suis pas tout jeune mais j’aime bien le son de sa guitare et j’ai même mis a million miles away en sonnerie sur mon tel portable et je ne regrettes pas de l’avoir vu en concert 2 fois à Nogent sur marne au pavillon baltard et pour la derniére fois juste avant sa mort à ris orangis d’ou une rue est nommée à son nom.

  2. Le Lay Hervé dit :

    Rory, une révélation en achetant sans le connaître et sans l’avoir écouté l’album “photo finish”, juste en voyant l’attitude du type sur la photo de la pochette ! C’était en 78. La claque absolue ! J’écoute ce fabuleux guitariste encore aujourd’hui et cela fait 40 ans que ça dure. J’ai fait mes premières armes de grateux (amateur) grâce à lui et je prends rarement ma strat sans jouer un ou deux rifs à lui. Rory c’est mon grand frère de cœur. Mon seul regret c’est de ne pas l’avoir vu en concert.

    1. PASSE michel dit :

      J’ai eu la chance, moi, de le voir en concert. C’était à Marseille au théâtre vers 1980 et j’ai encore en mémoire ce moment inoubliable où, en plein solo, il pète une corde (le La, deuxième en partant du bas- j’étais devant). Il a été dérouté un demi seconde et a continué son solo en allant chercher les notes ailleurs comme si de tien n’était ! Extraordinaire comme y connaissait son manche le zigue !!
      Un merveilleux auteur compositeur interprète qui maniait la guitare acoustique comme un chef. Allez voir “as th crow flies sur youtube” ! Une lesson de guitare folk !
      j’ai visité l’Irlande récemment, il y est infiniment respecté et la symbolise d’un point de vue musico/culturel infiniment mieux que les marchands de soupe populaire que sont devenu U2.
      La petite ville de Ballyshanon, où il est né, est imprégnée de sa présence.

Rechercher
Guide Irlande.com