fbpx
Philomena - Stephen Frears

Philomena

Philomena - Stephen Frears



Philomena, est un film britannico-irlandais de Stephen Frears, qui retrace l’histoire vraie de Philomena Lee, une irlandaise victime des couvents laveries des sœurs Madeleine. Incarnée par la célèbre actrice britannique Judi Dench (Skyfall), le film est poignant et pose de véritables questions autour d’un scandale qui a ébranlé toute l’Irlande. A ne pas manquer !

Le film Philomena

Résumé du film

Philomena Lee, serrant son fils avant de le voir partir pour l'adoption

Philomena Lee, serrant son fils avant de le voir partir pour l’adoption

Philomena Lee a 50 ans lorsqu’elle se décide à révéler à sa famille son terrible secret. Alors qu’elle n’a que 14 ans, celle-ci se voit enfermée au sein du couvent laverie de Roscrea en 1952. Son crime : avoir conçu un enfant hors mariage, suite à un flirt innocent dans une fête foraine.

A cette époque, l’Irlande est une île profondément puritaine, où les prêtres exercent un pouvoir extrêmement fort sur les villes et villages, et donnent le ton sur la façon d’être un bon ou mauvais chrétien.

Les femmes en sont les premières victimes : elles sont facilement qualifiées d’aguicheuses ou de femmes de mauvaises vies. Elles sont envoyées sans procès dans ce que l’on appelle les couvents de la Madeleine, des lieux terrifiants, où elles sont enfermées de force, accouchent sur place, se voient arrachées leur enfant, et doivent travailler gratuitement… et ce, jusqu’à la fin de leur vie !

Lourdement condamnée par les sœurs de l’établissement, Philomena Lee ne fait pas exception à la règle. Elle est internée dans un couvent-laverie, accouche rapidement, et travaille pour les bonnes sœurs. Pire encore : elle ne peut voir son fils Anthony qu’à raison d’une heure par jour.

Les années passent. Elle assiste alors, impuissante, à l’adoption de son propre fils, alors âgé de 4 ans… sans qu’elle n’ait jamais donné son accord. Elle voit son fils partir, adopté par une famille d’inconnu.

Dévastée, pas un jour ne se passe alors sans qu’elle pense à son fils.

Ce n’est que 50 ans plus tard, alors qu’elle a pu quitter le couvent, qu’elle fait la rencontre de Martin Sixmith (incarné par Steve Coogan), un journaliste désabusé et cynique, qui décide de partir avec elle à la recherche de ce fils perdu… Commence alors un long périple à travers l’Irlande et les États-Unis…

Notre avis

Philomena Lee et le journaliste Martin Sixmith

Philomena Lee et le journaliste Martin Sixmith

Philomena est un film grave qui ne peut pas être regardé l’esprit léger.

Il aborde avant tout un scandale d’État, qui a profondément fracturé l’Irlande, pays pourtant profondément catholique, et attaché à sa foi.

Mais que dire, lorsque l’on constate les exactions qui ont perduré durant des années dans ces couvents de la Madeleine ? Des actes ignobles, montrant un tout autre visage de l’Église irlandaise, où les sœurs font peu cas de ces femmes et enfants, placés de force dans leurs établissements, condamnés à la maltraitance, l’enfermement, la malnutrition, et le non respect de leurs droits civiques les plus inaliénables.

Et c’est en cela, que le film Philomena, ravive les blessures les plus vivaces. Il traite avec justesse la souffrance d’une mère en quête de vérité, qui a perdu sa liberté, sa vie et son fils… au prétexte d’une vie prétenduement dissolue.

Incarnée à la perfection par Judi Dench, Philomena Lee est présentée comme une vieille dame touchante, avec son franc parler, sa bonne humeur, son goût assumé pour les Readers Digest, mais aussi pour sa pudeur et sa foi implacable en Dieu et en l’église, et ce, en dépit des injustices qu’elle a elle même vécue.

Un portrait qui tranche fortement avec le journaliste Martin Sixmith qui décide de l’aider (interprété par le britannique Steve Coogan), et qui se distingue par son athéisme, son cynisme, et son mépris pour les institutions religieuses.

Le duo fonctionne à merveille, et pose de véritables questions : Philomena Lee pardonne étrangement et sans concessions  l’église irlandaise pour ses méfaits. Tandis que Martin Sixmith lui, est rongé par la rancœur et la colère contre le couvent.

Une façon habile d’opposer deux points de vue fondamentaux, et faire écho aux réflexions actuelles de l’Irlande d’aujourd’hui… profondément écartelée et divisée sur les questions de l’église, de son rôle, et de ses abus. (Pour rappel, l’église irlandaise est encore l’objet d’importants scandales liés à ces couvents, mais aussi à des abus sexuels et cas de maltraitance. Des centaines d’ossements d’enfants ont même été retrouvés sous le couvent de Tuam. Une découverte macabre qui a déclenché haine et indignation au sein de la population irlandaise.).

Bref, Philomena est un très beau film, qui interroge directement le spectateur et met en perspective la foi, la quête de soi, et la force du pardon. Une histoire vraie qui va sans aucun doute vous marquer !




Encore tant de choses à découvrir...




Un projet de voyage ? Téléchargez notre guide gratuit !

Ebook gratuit

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre ebook gratuit !

Découvrez l'essentiel du pays, sa culture, son histoire et ses sites touristiques incontournables !