1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 3,00 / 5 (5 votes)
Loading...

Article écrit par Guide Irlande

Les Accords du Vendredi Saint est un texte qui fut signé le 10 avril 1998 en Irlande du Nord, pour mettre fin aux Troubles, une période de 30 années où le conflit nord-irlandais provoqua la mort de 3 500 hommes, femmes et enfants.

Histoire des Accords du Vendredi Saint

Contexte : l’Irlande du Nord est déchirée par un conflit séculaire

Michael Collins Domaine Public

C’est en 1921, après des siècles de guerre opposant les britanniques aux irlandais, que le gouvernement de Londres propose aux républicains irlandais le partage de l’Irlande en 2 régions distinctes. La première partie (le Sud) revient alors aux Irlandais, et devient une République autonome, libérée de la tutelle britannique. La seconde moitiée, le Nord, constitué de 6 comtés, revient cependant aux anglais, créant l’indignation ainsi qu’un véritable scandale au sein du pays tout entier.

Dès lors, l’Irlande du Nord devient un véritable bastion de l’occupation britannique. Au fil des années, et après une guerre civile meurtrière, l’Irlande du Nord ne parvient toujours pas à se libérer de la présence des blindés et des barbelés anglais, et ne parviendra jamais à acepter cette situation. Beaucoup de nord-irlandais sont alors près à s’engager dans la lutte, et rejoignent les rangs de l’IRA pour lutter contre la présence britannique en Irlande du Nord et lutter contre les discriminations anti-catholiques qui sévissent dans les 6 comtés occupés.

C’est en 1969 que de nouvelles tensions sont palpables en Irlande du Nord : les catholiques irlandais subissent inlassablement des discriminations sociales, et une véritable fracture sociale s’opère entre les 2 camps. Très vite, les irlandais mettent en place différents moyens de lutte, qui vont de la simple manifestation pacifique, aux actions terroristes commandées par l’IRA. Dès lors, le gouvernement britannique lança une vaste campagne d’arrestations sommaires sans procès d’irlandais soupçonnés d’agir pour le compte de l’IRA. Tous furent parqués dans la prison de Long Kesh, lieu où ils furent torturés et enfermés durant de nombreuses années.

Nombreux furent les attentats, et les bavures. Le camp irlandais, comme le camp britannique sombreront alors dans une période de 30 années de violences et de meurtres appelée “Troubles”. Parmi les évènements les plus noirs de cette période, notons surtout le désastre du Bloody Sunday de 1972, ainsi que l’Attentat de Omagh de 1998… Sans oublier les grévistes de la faim, comme Bobby Sands, qui protestèrent contre l’occupation britannique en se privant d’alimentation jusqu’au décès.

De 1969 à 1998, le bilan fut terriblement meurtrier. On y dénombre alors :

  • environ 3 500 morts
  • 47 500 blessés
  • 19 600 emprisonnements
  • 16 200 attentats à la bombe ou tentatives
  • 22 500 armes dérobées

Les Accords du Vendredi Saint : un premier pas vers la Paix

Face à de tels chiffres, les principales forces politiques d’Irlande du Nord furent contraintes de négocier un accord de paix, afin de mettre fin aux Troubles. Cet accord du Vendredi Saint, fut signé le 10 avril 1998, et permit de mieux s’entendre sur les principes de fonctionnements administratifs et sociaux de l’Irlande du Nord. Ainsi, ce traité prévoit avant tout de donner à l’Irlande du Nord la capacité de s’administrer sans pour autant passer par le gouvernement de Londres. Parmi les principaux points négociés, notons surtout :

  • L’élection d’une assemblée locale d’Irlande du Nord
  • La création d’un conseil des ministres dirigé par un premier ministre d’Irlande du Nord
  • Le désarmement des groupes paramilitaires (l’IRA, UVF, UDA, etc.) ;
  • La création d’instances de coopération entre Irlande du Sud et du Nord.

Les signataires de ce traités furent :

  • Le Premier Ministre britannique Tony Blair,
  • Le Premier Ministre de la République d’Irlande Bertie Ahern,
  • Le leader du Sinn Féin, Gerry Adams
  • le leader du SDLP, John Hume
  • le leader de l’UUP, David Trimble
  • le leader du DUP, Ian Paisley





Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *