La Guerre Civile Irlandaise

Des soldats irlandais durant la guerre civile - Domaine public


Infos :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 3,64 / 5 (11 votes)
Loading...

La Guerre Civile de 1922-1924 est une guerre profondément meurtrière, qui fait suite à la Guerre d’Indépendance irlandaise. Celle-ci fut provoquée par la signature du Traité de Londres, un texte concédant la création d’un État Libre d’Irlande, en échange de l’annexion du nord au profit des britanniques (qui deviendra plus tard l’Irlande du Nord)… Explications…

Histoire de la Guerre Civile

Le Scandale Du Traité : 2 Entités du Dàil Eireann s’affrontent…

Michael Collins - Domaine public

Michael Collins – Domaine public

Lorsque le Traité de Londres est ratifié le 6 décembre 1921, celui-ci prévoyait :

  • le partitionnement de l’Irlande (Nord et Sud)
  • la création d’un État libre d’Irlande possédant le statut de dominion
  • l’officialisation d’un serment d’allégeance à la couronne britannique par les membres du Dáil Éireann

Lorsque les membres du Dàil Eireann apprennent la signature d’un tel texte, deux mouvances prennent naissance au sein du Dàil Eireann : celle des Pro-Traités, favorables au texte, et celle des Anti-Traités, fermement opposés à cet accord. Les Pro-Traités se rangent du côté de Michael Collins et d’Arthur Griffith, les principaux signataires du texte.

Les Anti-Traités quand à eux, se rangent du côté d’Eamon de Valera, alors Président non officiel de la République d’Irlande, qui décide finalement de démissioner de ce poste lorsque le Dàil décide de ratifier le texte le 7 janvier 1922.

Arthur Griffith, favorable au Traité, décide alors de mettre en place un gouvernement provisoire, en vue d’organiser la Création de l’État Libre d’Irlande. Il y organise des élections, largement remportées par les Pro-Traités. Pour les opposants au texte, ce gouvernement provisoire est avant tout un gouvernement fantoche, qui va réduire en cendre toute possibilité de créer une véritable République, non partagée avec les britanniques. Eamon de Valera décide alors d’agir par la lutte armée, afin de renverser le gouvernement provisoire d’Arthur Griffith

Le Début des Violences…

Pour se faire, De Valera tente de rassembler une armée en essayant de prendre le contrôle de l’IRA, alors sous le commandement d’Arthur Griffith et de Michael Collins. C’est à ce moment que l’IRA va se déchirer autour du Traité, et se scinder en 2 entités :

  • les Anti-Traités restent au sein de l’IRA,
  • tandis que les autres, rejoignent l’INA, l’Armée Nationale d’Irlande, dirigée par Michael Collins.

En avril 1922, De Valera ordonne à 200 de ses hommes d’occuper les Four Courts à Dublin, afin d’attiser le conflit avec les Pro-Traités, et en même temps faire repartir la guerre avec les anglais. Le pari de De Valera semble porter ses fruits, et très rapidement, le gouvernement britannique de Lloyd Georges menace le gouvernement provisoire d’agir, s’ils ne parviennent pas à maîtriser eux-même la situation. Michael Collins reçoit ainsi des armes de l’Angleterre, et doit se résoudre à bombarder les Four Courts le 28 juin 1922 avec des canons anglais afin de préserver la création de l’État Libre.

La guerre civile est alors officielle, et tout Dublin subit les affrontements opposants les Pro-Traités aux Anti-Traités. Les Anti-Traités seront cependant battus en moins de 7 jours, suite à la supériorité militaire des hommes de Michael Collins.

La Guerre Civile éclate

Les Four Courts en plein guerre civile irlandaise – Domaine public

Dans toute l’Irlande, une série d’affrontements éclate alors, faisant partout de nombreux morts. Au départ, les Anti-Traités Républicains réussissent à occuper les grandes villes du Sud-Ouest, mais ne parviennent pas toujours à faire face aux Pro-Traités lors de confrontations directes.

La faute en va surtout à leur manque d’équipement militaire contrairement aux armées de Michael Collins, qui sont directement équipées par le gouvernement de Londres…

Afin de récupérer les villes prisent pas les Anti-Traités, l’INA tente au mois d’août 1922, de reprendre toutes les grandes agglomérations irlandaises. L’opération se déroule avec succès, et l’État Libre reprend le contrôle de la majorité du territoire grâce à son artillerie toujours plus importante et plus moderne que celle des Anti-Traités Républicains.

Leur armée semble également plus compétente, et recrute avant tout des militaires de carrières, alors que les Anti-Traités sont avant tout constitués de jeunes recrues inexpérimentées et plus difficiles à encadrer.

Entre temps, Arthur Griffith décède d’une attaque cérébrale le 12 août 1922, et Michael Collins le suit également le 22 août, suite à une violente embuscade. Ces pertes sont tragiques pour le mouvement Pro-Traité, et très vite, William T. Cosgrave et Richard Mulcahy se chargent de les remplacer dans la lutte.

Au fil des semaines, les Républicains opposés au Traité semblent très affaiblis, et n’agissent désormais plus que par des actions de guérillas particulièrement localisées. Certains auteurs d’embuscades sont finalement fait prisonniers, puis exécutés en novembre 1922 par l’État Libre.

En réponse, les Anti-Traités Républicains perpètrent quantité d’attentats et d’assassinats visant des membres du gouvernement provisoire. L’escalade semble ne plus finir, et les Pro-Traités de l’INA ripostent de plus belle par des exécutions sommaires.

Dès les premiers mois de 1923, les Républicains opposés au Traité semblent ne plus être en mesure de faire face aux ripostes de l’INA, et sont également soumis à une forte hostilité vis à vis de la population, qui souhaite depuis longtemps voir la paix s’installer durablement en Irlande. Du fait des nombreux échecs de l’IRA, et de la pression de l’opinion, Eamon de Valera ordonne un cessez-le-feu le 30 avril 1923, puis finit par déposer les armes le 24 mai 1924.

Bilan de la Guerre Civile Irlandaise

Des soldats irlandais durant la guerre civile – Domaine public

On estime le nombre de morts de la Guerre Civile Irlandaise à plus de 4 000 irlandais. Plus de 12 000 républicains membres de l’IRA ont par ailleurs été incarcérés dans des prisons du pays jusqu’en 1924.

Quand au coût de la guerre, celui-ci endetta profondément l’État Libre ainsi que l’Angleterre. Cet endettement eut pour conséquence de ré-envisager le tracé de la frontière séparant la République d’Irlande à l’Irlande du Nord.

L’Angleterre réclama en effet d’avantage de terres, en échange d’un allègement des dettes de l’État Libre suite au coût de la Première Guerre Mondiale et de cette Guerre Civile.






A découvrir aussi :

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher
Guide Irlande.com