1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,29 / 5 (21 votes)
Loading...

Article écrit par Guide Irlande

La Guerre d’Indépendance Irlandaise (1919-1921) désigne une guerre qui s’est déroulée en Irlande de 1919 à 1921. Elle a opposé des milices irlandaises revendiquant l’indépendance de l’Irlande, à l’armée britannique, qui occupait alors le sol irlandais. Terriblement meurtrière, elle permit toutefois aux irlandais de remporter une première victoire dans la création d’un État Libre d’Irlande.

Histoire de la Guerre d’Indépendance Irlandaise

Contexte d’avant-guerre

Des Irish Volunteers - Domaine Public

Des Irish Volunteers – Domaine Public

Depuis plusieurs siècles déjà, l’Irlande vivait sous domination britannique. Une situation source de tensions, qui fut source de tentatives de soulèvement de la part des irlandais.

Les actes insurrectionnels, bien que nombreux, se soldaient alors par des échecs cuisants, sans pour autant entamer la ferveur des patriotes irlandais.

Le gouvernement britannique, conscient des vives tensions en Irlande, proposa donc dès 1870 de lancer un projet nommé “Home Rule” en vue de calmer la montée nationaliste irlandaise.

Ce dernier consistait alors à donner à l’Irlande une autonomie interne jusqu’alors jamais acquise. Mais très vite, le projet connait des difficultés et est sans cesse rejeté par la Chambre des Lords. Les années passent alors, jusqu’en 1918, où le texte est finalement voté.

De là naissent de nombreuses tensions au sein du pays : les irlandais semblent favorables au Traité, tandis que les colons anglais expriment leur pleine opposition au texte. Les opposants créént alors l’Ulster Volunteer Force (UVF), une milice armée de 200 000 soldats, tandis que les pro-indépendantistes ripostent en fondant les Irish Volunteers.

Tous tendent vers la violence et l’affrontement, et les Irish Volunteers décident d’organiser une révolte, connue sous le nom d’l’Insurrection de Pâques en 1916…

Le Temps du Conflit

Dublin après l'Insurrection de Pâques - Domaine public

Dublin après l’Insurrection de Pâques – Domaine public

La Guerre est amorcée par l’Insurrection de Pâques en 1916, lorsque les chefs républicains irlandais Patrick Pearse et James Connolly décident de fomenter un soulèvement surprise localisé sur Dublin. Ils unissent alors les forces des Irish Volunteers, de la Citizen Army et de l’IRB (Irish Republican Brotherhood) pour cette attaque.

La révolte est cependant réprimée rapidement par les britanniques : il faut moins d’une semaine pour stopper l’insurrection et emprisonner les principaux leaders de l’attaque. Plus de 14 représentants de l’Insurrection sont alors incarcérés à la prison de Kilmainham Gaol et fusillés les jours qui suivent, dont les principaux leaders de la révolte (Patrick Pearse, James Connolly…etc.).

Malgré cet échec cuisant, les exécutions sommaires des leaders de cette insurrection provoquent une véritable rupture dans l’opinion, et la majorité des irlandais, au départ hostiles à cette insurrection, semblent désormais clairement se ranger du côté des nationalistes irlandais. De fil en aiguille, le Sinn Féin fonde alors avec les nationalistes un parlement irlandais officiel très vite déclaré illégal par les britannique : le Dàil Eireann.

Ce parlement est convaincu que la lutte armée est la seule solution, et décide d’instrumentaliser la lutte par l’intervention de l’IRA, groupuscule armé dirigé par Michael Collins, l’un des rares leaders l’Insurrection à avoir échappé aux exécutions.

La Guerre éclate

Guerre d'indépendance à Dublin - Domaine public

Guerre d’indépendance à Dublin – Domaine public

Tout dégénère lorsque l’IRA fait ses premières victimes parmi 2 policiers de la RIC. Ces meurtres sont annonciateurs d’une période sombre de guérilla menée alors par Michael Collins, alors en charge de la coordination de la guerre d’indépendance. Le but de la manœuvre est d’intimider les forces britanniques, de les déstabiliser par tous les moyens possibles. Par la même occasion, des conducteurs de trains refusent de transporter des soldats britanniques dans toute l’Irlande, paralysant ainsi efficacement les déplacements des troupes des Black and Tans et de la RIC.

Les victoires, au départ nombreuses des nationalistes irlandais, leurs permettent peu à peu de prendre le contrôle des zones rurales du pays, et de les placer sous le régime du Dàil Eireann.

En réponse, les Black and Tans et la RIC décident de saccager chaque villages se trouvant sur leur chemin. Ils tuent alors de sang froid de nombreux innocents, torturent, violent les femmes, pillent les biens, et incendient les habitations. Ces actions, qui ont avant tout pour but d’intimider les nationalistes ont en réalité l’effet inverse : de plus en plus de jeunes recrues gonflent les rangs de l’IRA, et les actions se font de plus en plus redoutables.

L’escalade vers la violence est de plus en plus forte, et le mot d’ordre est désormais clair : les britanniques souhaitent neutraliser coûte que coûte l’IRA pour la démanteler, et écraser la révolte. Ils font pour cela appel au Gang du Caire, un groupe de 18 agents secrets du MI5 chargés d’exécuter les dirigeants de la guerre. Michael Collins parvient cependant à en assassiner 15, ceux à quoi les britanniques répliquent froidement le 21 novembre 1920, en tirant à l’aide d’un char d’assaut sur une foule qui assistait à un match gaélique à Croke Park Ces tirs sur la foule provoquent la mort de 14 personnes, et font plus de 65 blessés. Cet événement sera par la suite commémoré sous le nom de premier “Bloody Sunday du 21 novembre 1920” (le second se déroulera bien plus tard à Derry, en 1972).

Le temps du Traité…

A la fin 1921, l’Angleterre s’essouffle, et semble littéralement étranglée par la guerre irlandaise. Les dépenses réalisées dans cette lutte les ont plongés dans un gouffre financier sans fond, et il est désormais temps pour eux de demander la cessation des combats, en vue d’une négociation diplomatique.

Michael Collins et Arthur Griffith sont envoyé à Londres pour négocier un Traité. Ce texte négocie le repli des troupes britanniques en Irlande, sous couvert de la création d’un État Libre d’Irlande. En échange, l’Angleterre demande à l’Irlande de prêter serment d’allégeance à la couronne, mais aussi de conserver le nord de l’île.

Ce Traité signe ainsi la fin de la Guerre d’Indépendance de l’Irlande, mais provoque toutefois de profonds désaccords entre les nationalistes. Les pro-traités affrontent rapidement les opposants au traité, ce qui provoque cette fois-ci la Guerre Civile Irlandaise, une guerre fratricide d’une grande violence…






Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *