fbpx

Les whiskeys irlandais

Des secrets de fabrication transmis sur plusieurs générations !

Impossible de penser à l’Irlande sans penser à son savoir-faire exceptionnel en termes de whiskey irlandais ! Il faut dire que cette invention typiquement irlandaise a littéralement conquis le reste du Monde…
Véritable pionnier du genre, ce fut le whisky (ou whiskey) irlandais qui inspira ensuite aux écossais l’idée de produire le même breuvage. De nos jours, des distilleries locales parfois âgées de plusieurs siècles s’évertuent toujours à produire des breuvages de grandes qualité… et sont ouvertes aux visiteurs souhaitant percer les secrets de la Triple distillation et déguster des breuvages emblématiques du pays !

Histoire du whiskey irlandais

Une invention datant du Vème siècle, vite réprimée par les britanniques !

Saint Patrick - jaqian - cc

Saint Patrick – jaqian – cc

Si l’on a peu d’information sur l’origine exacte du breuvage, beaucoup avancent l’hypothèse que ce serait Saint Patrick qui, en 432 et après un voyage mené en Égypte, aurait ramené un alambic sur l’île d’Irlande. Il aurait ainsi répandu autour de lui l’usage de ce matériel, donnant naissance à un breuvage désormais très connu : le whisky !

Malheureusement, le breuvage a rapidement connu des turbulences au cours de son Histoire. Dès le XIIème siècle, les britanniques envahissent l’Irlande et découvrent cet étrange breuvage irlandais. Connu sous le nom  gaélique de « l’Uisce Beatha », cet alcool au nom terrible effrayait grandement les britanniques. Ces derniers étaient alors convaincus qu’il donnait des pouvoirs aux combattants irlandais, leur donnant une force et un courage décuplé.

C’est d’ailleurs aux Anglais que l’on doit l’appellation de Whiskey à force de déformation : uisce, fuisce, uiskie, whisky (ou whiskey).

Constatant la notoriété croissante de la boisson, Élisabeth Ier (1533-1603) leva un impôt sur le breuvage. Sir Thomas Philips obtint alors l’une des premières licences officielles en 1608, et ouvrit aussitôt sa distillerie Old Bushmills.

Le gouvernement en 1661 éleva alors l’impôt à 4 pences le gallon de Whiskey, ce qui crééa une augmentation considérable de whiskeys illicites (dit poteen ou poitin) à un tel point que « l’Excise Department », cellule d’origine britannique chargée de récolter la taxe sur l’alcool, fut ordonnée dès 1761 de stopper la multiplication des Poteens.

Le temps de la répression

Du whiskey Jameson - © bizoo_n - stock.adobe.com

Du whiskey Jameson – © bizoo_n – stock.adobe.com

Commence alors une grande vague de répression, qui dure sur plusieurs siècles, et qui vise à réprimer le plus sévèrement possible les productions illicites de whiskey. C’est alors que certaines grande maisons décident de régulariser leur situation, parmi lesquelles celles de John Power, John Jameson, George Roe et William Jameson.

Les méfaits de la répression, ralentissent considérablement la production de whiskey légal comme illégal, et défavorisent nettement le produit irlandais. Très vite, le whiskey perd de sa notoriété suite à la loi de « l’Immature Spirit (Restriction) Act » qui oblige les distilleurs à appliquer un vieillissement de leur produit de 3 ans pour obtenir le « label » officiel de Whiskey Irlandais. Cette mesure oblige de nombreux établissements à fermer leurs portes, par manque de moyen et suite à la perte de nombreux marchés comme celui des Etats-Unis alors en pleine prohibition.

La reprise

A l’occasion de l’entrée de l’Eire dans le marché commun européen en 1966, 4 distilleries au bord du gouffre décident de s’unir autour de l’Irish Distillers, un nouveau groupe composé de Jameson, Cork distilleries, Power et Old Bushmills (en 1972). La stratégie porte ses fruits et le whiskey irlandais conquiert très vite des parts de marchés dans le monde entier, à tel point que 2 grandes maisons britanniques tentent de faire main basse sur le groupe. Allied-Lyons et Grand Metropolitan lancent même une OPA inamicale en 1988 qui échoue au profit du groupe français Pernod Ricard.

Dans le même temps la distillerie de Cooley nait. Il s’agit d’une distillerie indépendante située à environ 80 km au nord de Dublin qui produit un whiskey distillé seulement deux fois, contrairement aux techniques de triple distillation utilisées dans les autres distilleries d’Irlande.

Depuis ce jour, le whiskey irlandais est à nouveau consommé dans le monde entier, et apprécié par de grands amateurs de whiskeys.

Les whiskeys irlandais incontournables

Des breuvages à tester au Pub ou en distillerie !

Si vous souhaitez découvrir le savoir-faire irlandais en matière de whiskey, nous vous donnons rendez-vous au sein des irish pubs de l’île, mais aussi au sein des distilleries locales.

Ce sera pour vous l’occasion de découvrir les procédés de fabrication de cet alcool. Vous aurez aussi l’occasion de vous faire conseiller et de goûter aux breuvages les plus célèbres du pays !

Pour cela, n’hésitez pas à demander conseils aux barmans ou aux guides touristiques. Vous y apprendrez beaucoup, et étofferez vos connaissances sur le sujet !


Bon à savoir : la différence entre le whiskey et le whisky

Beaucoup demandent la différence entre le whiskey et le whisky. Ce n’est pas qu’une question d’orthographe, mais une question de procédé de fabrication.

En général, le whiskey est d’origine irlandaise, car il est réalisé à partir d’une technique de triple distillation (une technique typiquement irlandaise), et souvent à partir d’un Pure Pot Still : un mélange d’orge malté et non malté.

Le whiskey quand à lui, est souvent d’origine écossaise. Il n’est pas distillé 3 fois, et le single malt ne fait appel qu’à de l’orge malté.

Cela entraîne des différences de goûts très marquées. Le whiskey est souvent plus léger et plus fruité que le whisky. Un phénomène amplifié par la technique de triple distillation.

Les whiskeys irlandais : ce qu'il faut découvrir





L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.