Quantcast
Le Vent se lève

Le Vent se Lève

Le Vent se lève




par Guide Irlande


Informations pratiques :

Note Note des voyageurs :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,00/5 (17 votes)


Le mercredi 23 août 2006 voyait la sortie française d’un des films irlandais les plus médiatisés de l’année : “Le Vent se Lève”, du très engagé réalisateur Ken Loach. Le film, récompensé par une Palme d’Or au Festival Cannois, place sa trame dans le contexte politique trouble des années 1920 en Irlande. Retraçant dans un souci d’exactitude la guerre civile irlandaise, doublée de la lutte contre l’impérialisme britannique, Ken Loach dresse ici un portrait de l’Irlande des années 1920, et justifie de ce fait, l’état actuel géopolitique de l’île.

Résumé du Film

Un groupe de paysans s’engage dans le combat républicain

Le Vent se lève

Le Vent se lève

Des paysans s’unissent pour former une armée de volontaires contre les Blacks & Tans, troupes anglaises envoyées par bateaux entiers pour mater les aspirations républicaines du peuple irlandais. Entre lutte républicaine et conflits d’intérêts internes, l’Irlande se verra déchirée par une guerre fratricide terriblement meurtrière.

Deux frères, Damien et Teddy, traversent alors ensemble la guerre anglo-irlandaise, affrontant ensemble la présence britannique sur le sol irlandais. Leur vision de la guerre changera cependant au fil de la lutte, et leurs chemins se sépareront, pour aboutir au final à une fin tragique.

Notre Avis

Un film en nuances, bâtit sur des démonstrations

Le pari était difficile : Ken Loach souhaitait avant tout faire avec Le Vent se Lève, un film dénonciateur, sans sombrer dans la caricature anti-britannique… Et le pari a été gagné : Le Vent se Lève est loin d’être un réquisitoire contre l’impérialisme britannique, et s’emploie à dénoncer les dérives des 2 camps : aussi bien du côté anglais qu’irlandais.

Afin de clarifier et rendre les limites plus floues entre les idées reçues, Ken Loach n’hésite pas à prendre le contre-pied des actes meurtriers des britanniques, en exposant les actes de violence des Irlandais impliqués dans la lutte. Ainsi, Ken Loach ne met en aucun cas en avant une approche simpliste basée sur les notions de bien et de mal : le conflit est bien plus complexe.

L’histoire de Ken Loach est bâtie sur des paradoxes.

Mais Ken Loach va plus loin, et démontre la complexité du conflit au travers de paradoxes…

Ainsi, Damien (Cillian Murphy), homme posé et raisonnable, devient une figure universelle de l’homme d’action, emporté par ses élans patriotiques et sa croyance en la viabilité d’une République Irlandaise. A l’inverse, son frère, au départ particulièrement actif dans la lutte armée contre l’impérialisme britannique, s’assagit en acceptant la signature du traité, et en acceptant cette paix diplomatique, malgré les foudres de ses compatriotes les plus révolutionnaires.

Le film tourne éternellement autour d’un débat contradictoire. Ken Loach ne cherche pas à manipuler le spectateur et donne simplement les éléments nécessaires à la compréhension des mobiles des personnages. Car, s’il permet d’entendre les arguments exprimés par chacun, lors de discussions, il se garde bien de répondre ou de conclure.

Le spectateur ne peut alors que se transposer, et se sentir happé par le film. C’est par ce vecteur que Ken Loach fait passer l’Histoire Irlandaise d’un simple constat théorique, à une réalité violente et dramatique. Les personnages écrivent l’Histoire, font l’Histoire et sont l’Histoire.

Le désir de Ken Loach consistait à lever le voile sur la réalité de ce passé trouble. Son approche se voulait cérébrale : il cherchait avant tout à disséquer les composantes de cette guerre fratricide. Pour cela, quoi de plus percutant que de prendre la situation de 2 frères que tout rassemble, et que tout va séparer : Teddy, leader révolutionnaire d’une petite poignée de paysans, et son frère Damien, tout droit sortit d’études de médecine, qui se laisse happer par les valeurs révolutionnaires de son frère.

Ken Loach dénonce ici une ambiguïté complexe : celle de la dualité entre les sentiments humains, et les valeurs idéologiques auxquelles les hommes s’astreignent afin de préserver un collectif, au détriment des individualités.

En bref

A voir absolument !

Le Vent se Lève tient en haleine. Idéal pour découvrir les méandres de l’Histoire Irlandaise, Le Vent se Lève ne décevra ni les adeptes du genre, ni les “novices” non habitués à des films si politisés. Chaque scène est intense et émotionnellement chargée : sans fioriture, ni grand discours pro-républicain, Ken Loach dresse une image de l’Irlande tout à fait poignante. Les acteurs sont à la hauteur des enjeux, et portent le film du début à la fin.

De plus, les questions tournant autour de ce conflit sont, par leur universalité, tout à fait justes, et implacables. Soyez sûrs de ne pas en sortir indemne : Loach sait user d’armes lourdes : celles qui poussent à la réflexion. La démocratie est-elle sans faille ? La paix a-t-elle plus de prix que la liberté ? Jusqu’où l’homme peut-il aller pour ses croyances ? Aucune réponse ne sera ici donnée : Ken Loach n’a que trop comprit l’intérêt de la réflexion autonome de son public.

Seul bémol : les prises de vues sont parfois maladroites, mais Ken Loach a précisé par la suite avoir délaissé l’aspect technique au profit du contenu.

Le Vent se lève est donc un film à voir, et à revoir.






Sur le même thème :


Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher
Guide Irlande.com