fbpx




Drapeau de l'Ulster et drapeau de l'Angleterre - © Oleksii
Drapeau de l'Ulster et drapeau de l'Angleterre - © Oleksii

Info ou intox : non, le conflit nord-irlandais n’est pas une guerre de religion

Date 10 janvier 2022
Oubliez les simplifications des médias : le conflit en Irlande du Nord est avant tout une guerre idéologique et politique

Bien souvent, les médias ont tendance à simplifier le discours lorsqu’il s’agit de décrire le conflit en Irlande du Nord. En effet, nombreux sont les journalistes à réduire le conflit à une simple « guerre de religion », opposant catholiques aux protestants. Un raccourci un peu facile, bien loin de la réalité, et qui peu malheureusement très vite nous induire en erreur. Histoire de rétablir la vérité, voici un petit aperçu de ce qu’il faut savoir…

Irlande du Nord : une guerre de territoire avant tout !

Un conflit séculaire opposant britanniques et irlandais

Cela fait des siècles que cela dure : de toute son Histoire, l’Angleterre n’a eu de cesse de briguer le territoire irlandais. Tout commence avec les invasions anglo-normandes au XIIème siècle : ces derniers débarquent sur l’île d’Irlande avec un objectif : piller, puis s’emparer des terres irlandaises.

Une situation qui va perdurer au cours des siècles : l’Empire britannique va progressivement imposer sa domination sur l’Irlande, allant jusqu’à considérer les irlandais comme une population inférieure et docile. S’enchainent les sièges, les batailles, et les conflits armés. Les irlandais ne sont malheureusement pas suffisamment nombreux et équipés pour faire face.

Puis vient le temps pour l’Angleterre de la conversion au protestantisme. Henri VIII renonce à l’église catholique et embrasse alors la religion protestante. Tous les britanniques sont invités à se convertir… y compris les irlandais, pourtant profondément catholiques, qui se refusent pour la grande majorité à céder à cette demande.

C’est d’ailleurs cette différence religieuse, qui a su perdurer jusqu’à nos jours, qui est fréquemment employée par les médias pour expliquer le conflit en Irlande du Nord… Un raccourci plus que hasardeux…

La création de la Province de l’Irlande du Nord

Le conflit va malheureusement durer de nombreux siècles. Pour consolider sa présence sur le territoire irlandais, l’Angleterre va envoyer de nombreux riches propriétaires terriens britanniques en Ulster (province de l’actuelle Irlande du Nord). De là-bas, les britanniques offrent travail et salaire aux irlandais locaux.

Une situation qui va fortement ancrer l’implantation des britanniques sur le territoire en Irlande du Nord.

S’enchaînent alors les tristes épisodes de l’Histoire de l’Irlande : la Grande famine de 1845-1848 va littéralement voir le pays décimé. L’Irlande perd plus de 25% de sa population suite au mildiou, un parasite qui détruit les récoltes de pomme de terre. A cette époque, l’Angleterre se sert de l’Irlande comme un véritable panier à provision : elle cultive, fait de l’élevage et exporte la majorité des denrées alimentaires en Angleterre… privant les irlandais de toute subsistance… Une situation qui contribue à alimenter la colère et la haine des irlandais pour les britanniques.

Au XXème siècle, les irlandais vont tenter de se rebeller à travers la célèbre Insurrection de Pâques de 1916. Ils tentent alors de reprendre Dublin et de déclarer la création de la République d’Irlande… en vain. Nombreux sont les leaders de la rébellion à être fusillés à la prison de Kilmainham Gaol en guise d’exemple…

Toutefois, cet échec va donner un nouvel élan à la lutte, et précipiter l’Irlande dans une guerre d’indépendance (1919-1921) d’une grande violence. Celle-ci va découler sur un accord avec les britanniques : l’Angleterre cède la République d’Irlande aux irlandais, mais garde l’Ulster (Irlande du Nord) sous sa domination.

Un accord qui va profondément diviser les irlandais, et déboucher sur une guerre civile.

L’heure du conflit en Irlande du Nord

L’Irlande du Nord reste donc la propriété du Royaume-Uni… ce qui est loin de satisfaire les nord-irlandais en faveur du retrait des anglais.

Deux camps distincts vont alors s’affronter dès 1969 :

  • les irlandais nationaliste républicains catholiques
  • contre les anglais unionistes, loyalistes et protestants.

C’est là que les termes deviennent importants… et qu’il ne faut surtout pas faire de raccourci hasardeux. Voici ce qui se cache derrière cet ensemble d’appellations. On parle ici de plusieurs statuts d’opposition :

Appartenance Idéologie politique Nom générique des milices
paramilitaire
Appartenance religieuse
Irlandais Nationaliste Républicain Catholique
Anglais Unioniste Loyaliste Protestant

Cela permet donc d’opposer :

  • les irlandais contre les  britanniques,
  • les nationalistes contre les unionistes,
  • les républicains contre les loyalistes,
  • et catholiques contre les protestants.

L’ensemble de ces termes sont des marqueurs communautaires qui permettent d’identifier plus facilement la nature du conflit sévissant en Irlande du NordEt ces marqueurs sont à la fois idéologiques, politiques et religieux.

Mais attention : ils peuvent toutefois se mélanger entre eux, complexifiant d’autant plus le conflit…

Il est ainsi possible d’observer des croisements : des irlandais loyalistes, comme des britanniques républicains… Certes, ces derniers représentent une minorité, mais il est important de comprendre que ces étiquettes sont loin d’être binaires et manichéennes.

D’où l’importance de ne jamais simplifier le conflit en Irlande du Nord, en parlant de guerre de religion. La population s’affronte autour d’axes communautaires et idéologiques, où certains sont en faveur d’une Irlande réunifiée et républicaine, tandis que d’autres aspirent à une Irlande du Nord toujours sous appartenance à la monarchie britannique.

Le tout est émaillé par des prises de positions religieuses… Mais la religion ne constitue qu’un marqueur supplémentaire du conflit.

D’où l’importance de le dire : le conflit en Irlande du Nord n’a rien d’une guerre de religion






A découvrir en ce moment en Irlande :


Copy link